Congo : Moody's abaisse par principe la note souveraine du Congo

Congo : Moody's abaisse par principe la note souveraine du Congo

L'agence de notation Moody's a abaissé d'un cran, fin avril, les notes souveraines du Congo vers une perspective de plus en plus négative. Cette dégradation serait le fait d'une détérioration des comptes publics ainsi qu'une pression sur les liquidités de l'État.

Même si les perspectives tracées par Moody's sont négatives, elles n'affectent en rien les efforts économiques entrepris par le gouvernement congolais et pour lesquels le premier ministre Clément Mouamba se veut optimiste, en dépit de la conjoncture internationale d'une baisse drastique des cours des matières premières.

Les notes sont des opinions sur la probabilité relative de défaut, c’est-à-dire que les dettes (capital et intérêts) ne sont pas payées dans leur intégralité à l’échéance. Ainsi, une agence de notation juge qu’une entité, ou une obligation, notée « AA » présente un risque de défaut plus faible qu’une entité, ou une obligation, classée « BBB », qui est considérée à son tour comme présentant un risque moindre qu’une entité, ou une obligation, classée « BB », et ainsi de suite.

La façon dont les agences de notation arrivent à ces jugements dépend de l’entité ou de la classe d’actifs, car les méthodes utilisées varient selon le type d’obligations ou d’entités notées.

Pour les investisseurs, ils sont un outil, parmi d’autres, à utiliser pour les choix de portefeuilles des obligations et autres titres à revenus fixes.

Les notes expriment des avis indépendants sur la solvabilité, en utilisant une terminologie commune, qui peuvent aider les investisseurs à prendre des décisions de placement mieux informées.

Lors de la conférence de presse marquant l'an 1 de son gouvernement, le premier ministre Clément Mouamba a du reste dressé ce tableau peu reluisant de l'économie congolaise qui appelle à un véritable sursaut pour nombre d'entreprises pouvant renflouer les caisses de l'État.

Bertrand BOUKAKA