L’année 2017 sera plus rude que prévu pour les congolais

L’année 2017 sera plus rude que prévu pour les congolais

La reprise devrait être moins vigoureuse que prévu. 2017 sera plus rude que 2016 prévient le président congolais, Denis Sassou Nguesso tablant sur la baisse des cours du pétrole.

Les congolais doivent encore serrer la ceinture pour cette nouvelle année qui commence. Le président Denis Sassou Nguesso a appuyé fort là où ça fait très mal : «la situation économique et financière de notre pays sera assurément plus rude en 2017 qu’elle ne l’a été en 2016 ».

«La baisse continue des cours mondiaux du baril de pétrole a fortement dégradé les équilibres économiques et financiers de notre pays. La production générale a reculé de plus de 5%. La croissance a fléchi. Nos objectifs de développement, dans leur globalité, ont été revus à la baisse », a indiqué le président congolais.

Pour Sassou Nguesso, «2017 sera, de ce fait, l’année de la rigueur et de la vérité ».

Il a insisté sur «l’adoption des mesures économiques plus fortes, susceptibles d’accélérer la mise en œuvre, sans atermoiement, des réformes portées par la ‘marche vers le développement ».

Le chef de l’Etat congolais appelle le gouvernement à «donner l’exemple, montrer le chemin, dire la vérité » durant l’année 2017.

Le Congo et ses quatre millions d'habitants sont touchés par une crise économique due à la baisse des cours du pétrole, sa principale ressource. 2016 a été vécue difficilement sur le plan socio-économique par les congolais qui nourrissent l'espoir de voir le pays redécoller.

Nombreux se plaignent du manque d'argent qui circule difficilement dans le pays.

Germaine Mapanga