Investissements : La France adore le Congo

Investissements : La France adore le Congo

Une délégation française conduite par le député Michel Terrot a été reçue en audience le 6 décembre à Brazzaville par le président de l’Assemblée nationale, Justin Koumba pour parler entre autres, des questions relatives aux secteurs prioritaires favorables pour les hommes d’affaires français pour qu’ils investissent davantage au Congo afin de booster la croissance économique et créer les emplois pour endiguer le chômage qui étrangle les jeunes congolais.

La délégation française a été accompagnée à Brazzaville par l’ambassadeur du Congo en France, Rodolphe Adada.

On rappelle que le stock des investissements directs étrangers (IDE) français au Congo – 2.087 M€ fin 2014, contre 1.906 M€ fin 2013 – place la France parmi les premiers investisseurs étrangers, aux côtés de l’Italie (pétrole, bois, or), des Etats-Unis (pétrole, minoterie, tabac) ou de la Chine (cimenterie, bois).

Près de 200 entreprises ayant des intérêts français sont présentes en République du Congo, pour la moitié au travers de filiales de sociétés françaises, auxquelles s’ajoutent autant d’entreprises congolaises ayant un management et/ou des actionnaires français.

Elles emploient environ 15.000 salariés – parmi lesquels figurent nombre d’expatriés français et environ 80 volontaires à l’international en entreprise (VIE).

Ces entreprises occupent une place de choix dans les secteurs pétrolier et parapétrolier, les transports et la logistique, l’agroalimentaire, l’ingénierie et les services, le BTP et le génie civil, les banques et assurances, la distribution et, plus récemment, la gestion déléguée des services publics.

Le Congo est le premier client de la France en Afrique centrale. A l’échelle subsaharienne (52 pays), le Congo est en 2015, le 5e pays importateur de produits français.

Germaine Mapanga