Congo Finances : Quelle est la situation réelle des fonds destinés aux générations futures ?

Congo Finances : Quelle est la situation réelle des fonds destinés aux générations futures ?

La chute des cours du pétrole a sérieusement impacté les économies des pays dont les ressources financières proviennent essentiellement de cette matière première. Beaucoup d'entre eux sont en panne de liquidité au point de réduire certains investissements, et le Congo n'en est pas moins concerné.

''Aujourd’hui prépare demain''. Les congolais peuvent se satisfaire de ce que cette maxime que Denis Sassou Nguesso a si souvent rappelée à la jeunesse congolaise, il se l'a appliqué à lui même, notamment en matière de gestion des finances publiques, en épargnant quantité de sommes pour les générations futures, au plus fort des cours du pétrole, quant le pays dégageait des excédents de trésorerie considérables.

Devant la représentation nationale du parlement réuni en congrès et au delà le peuple congolais, le président de la république avait fait état de ce patrimoine, 6000 milliards de Francs CFA.

En rendant publique cette disposition d'épargne, le président de la république engageait de facto la responsabilité de tous et le contrôle du parlement quant à la sauvegarde de ce patrimoine.

L'argent n' a de valeur qu'avec les échanges disent les économistes. Il est vrai qu'en cette période de récession économique, ne pas disposer d'une partie de ces finances serait à tout le moins sacrifier l'avenir au présent.

Des explications données par le ministre Gilbert Ondongo sur cet épargne sur les antennes de la télévision congolaise, il apparaît qu'une partie de cet argent aurait déjà été utilisée pour maintenir à l'équilibre des finances publiques en adéquation avec le fonctionnement et les réalisations du gouvernement.

Pourtant, aucun collectif budgétaire ni aucune disposition relative à l'utilisation d'une partie de cet argent n'ont été initiés à l'endroit du parlement pour disposer de ces sommes et de la convenance du montant. Le ministre Ondongo parle d'une partie d'argent utilisée, sans en donner le chiffre comptable.

Dans son rapport de décembre 2015, la banque mondiale notait que le Congo-Brazzaville qui reconnaissait avoir épargné 5.500 milliards de Francs CFA pour les générations futures avait des réserves financières comptables de 1300 milliards de Francs CFA, disponibles à la B.E.AC, dont 1000 milliards pour les générations futures.

La Banque mondiale disait ne pas disposer de l'ensemble des comptes du Congo notamment en Chine.  Le payement d'une partie de la dette du Congo vis à vis de la Chine qui se monterait à environ 1700 milliards aurait été ponctionnée sur cet argent, ce qui donnerait un disponible de 3800 milliards.

Au ministre Ondongo de certifier combien les générations futures disposent-elles encore sur cet épargne et quel est le montant des fonds d'amortissement prélevés.

Quoi qu'il en soit, dans cette valse des écritures, il est plus que temps pour le parlement de faire la lumière sur ces fonds, ainsi leur utilisation, à défaut, en interpellant le ministre Gilbert Ondongo qui lors de la passation de service, n'a rendu publique que d'un seul chiffre, celui de la dette du Congo qui serait de 2700 milliards de Francs CFA.

Bertrand BOUKAKA