Mort de Papa Wemba : pourquoi la police ivoirienne n'a t-elle pas entendu Asalfo ?

Mort de Papa Wemba : pourquoi la police ivoirienne n'a t-elle pas entendu Asalfo ?

Salif Traoré dit Asalfo et le technicien Nestor qui a avait échangé le micro de Papa Wemba avant le malaise cardiaque, qui a entraîné sa mort, n’ont pas été entendus par la police, contrairement à l’information qui avait circulé et relayée par certains médias.

La police ivoirienne aurait-elle bâclé l'enquête de principe sur la mort de papa Wemba sur scène à Abidjan, c'est le cas de le dire.

Les autorités judiciaires ivoiriennes qui avaient pourtant été alertées des fortes présomptions d'empoisonnement de papa Wemba par un micro échangé en pleine prestation puis retiré aussitôt après son malaise auraient dû par acquis de conscience, voire pour la forme, entendre comme témoins les différentes personnes citées dans cette affaire. De même, ils n'ont procédé à aucune analyse, ni placé sous scellés les micros incrimininés. 

Pourtant, rien de tel n'a été fait. C'est comme si aucune enquête n'avait été ouverte sur ce décès.  Dire que les policiers et magistrats ivoiriens ont encore des choses à apprendre.

Dans cette affaire, le principal concerné, Asalfo, a regagné la France, après avoir pris part aux obsèques de « Pépito », chef d’orchestre du groupe mort par noyade le 1er mai dernier.

«Asalfo  n’a pas été entendu par la police, ni personne dans le cadre de la mort de Papa Wemba », a indiqué une source. Pourquoi ?

Papa Wemba est décédé sur scène le dimanche 24 avril lors du Festival des Musiques Urbaines d’Anoumabo (FEMUA).

Entre l'annonce d'autopsie réalisée ou pas, et les présomptions d'empoisonnement, la justice congolaise non plus, semble se contenter du fait accompli.

Depuis lors , beaucoup de rumeurs sont colportées sur les causes exactes de la mort de papa Wemba. Encore un de ces mystères qui entourent la mort des ''légendes''. 

Si certaines rumeurs n’évoquent pas un cas d’empoisonnement, d’autres mettent en cause le leader du groupe Magic System, organisateur de l’événement.

Arrielle KAMBISSY