Congo – Économie : Le chômage repart à la hausse du fait de la chute des cours du pétrole

Congo – Économie : Le chômage repart à la hausse du fait de la chute des cours du pétrole

La chute des cours du pétrole a fortement impacté l'économie congolaise qui dépend presque exclusivement de l'or noir. De façon directe, la baisse d'activité du secteur pétrolier a mis sur le carreau de nombreux travailleurs notamment dans les sociétés de sous traitance et d'intérim. L'effet domino a aussi des répercutions sur les autres secteurs de l'économie congolaise.

Les entreprises privées membres de l’Union patronale et interprofessionnelle du Congo (Unicongo) font le point. Au titre de l’année écoulée, on estime à 12.107 le nombre d’emplois perdus dans le secteur privé contre 4.098 au cours des six premiers mois de 2016.

Selon Unicongo, cette situation a également causé une baisse des cotisations sociales de 1,4 milliard de francs CFA en 18 mois à la Caisse nationale de sécurité sociale.

Observée dans la deuxième moitié de 2014, cette crise qui frappe de plein fouet l’économie nationale, se traduit entre autres, par la baisse des recettes budgétaires de l’État dépendant à près de 70% du secteur pétrolier, la fermeture de plusieurs entreprises privées, des arrêts des chantiers d’infrastructures et des pertes massives d’emplois.

Outre la réduction du budget de l’État, la crise actuelle a fait plomber la dette publique à 2785 milliards de francs CFA au 31 mars 2016 dont 350 milliards de francs CFA de dette intérieure, répartie entre la dette sociale et la dette commerciale.

De 2014 à 2015, le chiffre d’affaires d’entreprises membres d’Unicongo a baissé de 32% contre 33% courant les six premiers mois de l’année en cours. La situation de trésorerie paraît difficile au niveau de 72% des sociétés privées affiliées à Unicongo.

Les secteurs du bâtiment et des travaux publics, des mines et des para-pétroliers font partie des plus affectés par la crise. Ils ont enregistré des taux de dégradation de la situation les plus élevés du fait de l’impact direct de la baisse des cours du pétrole et du fer ou de la dette publique intérieure.

Le bois est la deuxième ressource d’exportation du pays après l’or noir. À en croire Unicongo, les sociétés forestières ne sont pas épargnées par les méfaits de la crise. Si leur chiffre d’affaires est demeuré stable entre 2014 et 2015, il a cependant chuté de 15% au premier semestre de 2016.

L’impact de la crise est aussi déterminant sur les banques et les sociétés d’assurances opérant en République du Congo. Le chiffre d’affaires de ce secteur a baissé de 22% entre 2014 et 2015. Il aurait connu une diminution de 26% lors des six premiers mois de 2016.    

Bertrand BOUKAKA

Politique

Plus d'Articles

Monde

Plus d'Articles

Videos

Plus de Videos
Watch the video

Economie

Plus d'Articles

Culture

Plus d'Articles

Environnement

Plus d'Articles

Sport

Plus d'Articles

Société

Plus d'Articles

Faits divers

Plus d'Articles